Le mot du rédacteur

Guy DutauDésormais, notre Académie s’appellera « Académie Européenne de Philatélie » : le sigle « AEP » sera plus simple à identifier et plus facile à retenir. C’est ainsi que la majorité d’entre nous l’a souhaité. Mais que ceux qui, pour diverses raisons, auraient voulu conserver l’ancien sigle (AEEPP) ne se formalisent pas, ce qui compte c’est l’esprit. Notre Académie souhaite œuvrer avec œcuménisme, sans ostracisme et, surtout, dans l’amitié et la convivialité. Il n’est pas question de laisser l’Histoire Postale en chemin : bien au contraire.À la relecture des textes de Nicolas Zollinger, Knud Mohr, Jean Storch, James Van der Linden, Cornelis Muys, Bernard Mignon, Beppe Ermentini (parues dans le numéro 0) et de Rainer von Sharpen, Raymond Pittier, Léo de Clercq, Yves-Maxime Danan, Jean-Claude Delwaulle (voir le présent numéro), il apparaît que les opinions sont très contrastées sur le fait de savoir ce que doit être Trait d’Union. Comme son nom l’indique, il doit être avant tout notre organe de liaison indispensable. À court terme, la création d’un site Internet donnera à Trait d’Union une dimension nouvelle et décisive. Mais, je le pense vraiment, il doit nous donner envie de faire de la Philatélie (encore plus) et il va nous permettre de mieux nous connaître : savoir ce que nous faisons, ce que nous collectionnons, pour les « compétiteurs » être informés des résultats obtenus par nos collections dans les expositions. Les rédacteurs souhaitent aussi recevoir des pièces légendées. Vous avez eu une remarquable lettre de Jack Blanc dans le numéro 0 ; je vous en propose deux autres dans le présent. Merci d’avance à ceux qui m’enverront une ou plusieurs pièces sous la forme d’une photocopie ou d’une diapositive en couleur. Merci également à ceux qui voudront bien nous aider à alimenter la rubrique des « Analyses de livres » et des « Coup de cœur ». Plus généralement, n’hésitez pas à m’écrire, directement ou par la voie de notre Président : il faut que Trait d’Union soit éclectique et vivant, en privilégiant l’information courte. Mais, soyez en certains, nous aurons aussi l’occasion de développer des actions de plus grande ampleur qui déboucheront sur des publications de fond plus... académiques. Pour terminer, je vous demanderai de regarder de plus près ce numéro 1 et spécialement les noms de ceux qui ont contribué à sa réalisation, soit douze d’entre nous. Ce n’est déjà pas si mal, mais ce n’est pas encore suffisant. Profitez donc des vacances pour penser à l’AEP et pour nous écrire. Cette adresse va aussi à nos nouveaux membres que nous félicitons chaleureusement... et desquels, bien sur, nous souhaitons l’envoi de textes. Bonnes vacances et bonne lecture. Rendez-vous en septembre !