Editorial

L´auteurDear Friends,The rebirth and revitalisation of our Academy has put it in the vanguard of a worldwide trend in philately in recent years - the establishment of supranational links between individual collectors throughout the world.The national structures remain unchanged in the traditional, vertical sense: collector(s) - local societies - regional federations - national orga-nisations, the latter taking decisions on an international scale. However, in a non-traditional, horizontal sense, we have bodies such as our AEP; the Royal in Britain, the A de P in France; the Collectors Club in New York, and these are just a few examples, where collectors of many disciplines meet, discuss and arrange the further development of the hobby to our mutual benefit.This is a most welcome development, and shows individual collectors, such as us, how our hobby can improve. Simultaneously, with the spread and enlargement of worldwide sources of information, based on availability on the Internet (which is, even now, creating the library of which Beppe Ermentini spoke in Trait d’Union No 5), we are all bound closer together. We are free to be ourselves, but our colleagues (and their work) are all available at the touch of a button!Chers Amis,La renaissance et la vitalité nouvelle de notre Acadé-mie nous met en accord avec une tendance de ces dernières années en philatélie : l’établissement de liens supranationaux entrelescollectionneurs individuel(le)s) du Monde entier.Les structures nationales restent inchangées dans le sens traditionnel et vertical : collectionneurs, sociétés locales, fédérations régionales, organisations nationales, ces dernières prenant des décisions à l’échelle internationale. Pourtant, dans un sens non-traditionnel et horizontal, nous avons des orga-nismes comme notre AEP, la Royal en Grande-Bretagne, l’Académie de Phila-télie en France, le Collectors Club à New York, pour ne citer que quelques exemples, où les collectionneurs de disciplines très variées se retrouvent, discutent et réfléchissent à l’évolution de notre passe-temps (passion) pour le bien de tous.Cette évolution bienvenue montre aux collectionneurs individuels, comme nous, comment peut progresser notre passe-temps. Simultanément, avec la diffusion et l’élargissement de nos sources d’information mondiale, favorisées par Internet (qui crée, même en ce moment, la bibliothèque qu’a mentionnée Beppe Ermentini dans le Trait d’Union n° 5), nous sommes tous étroitement liés. Nous sommes libres, bien sûr, mais nos collègues (et leurs travaux) sont tous disponibles : il suffit de presser sur un simple bouton !